CHANTS

ptitmousse.gif (6801 octets)

GARCON, PRENDS LA BARRE Ecouter la musique

Hé, garçon, prends la barre,
Vire au vent et largue les ris
Le vent te raconte l'histoire
De ces marins couverts de gloire
Il t'appelle, et tu le suis

Vers les rives lointaines
Que tu rêves tant d'explorer
Et qui sont déjà ton domaine,
Va tout droit sans fuir la peine
Et sois fier de naviguer

Sur la mer et sur terre,
Au pays comme à l'étranger,
Marin, sois fidèle à tes frères,
Car tu as promis naguère
De servir et de protéger.

Nous naviguons marins de premier brin,

Nous vaillants mousses de la Flotte,

Jamais ne mollirons ni cèderons,

Dans les combats.

Gardant souvenir du Pays

De l'école des Mousses du Dourdy

Nota : Il existe une version "Chant de l'Ecole des Apprentis Mécaniciens de la Flotte" avec ce couplet :

Nous naviguons, marins
De premier grain
Nous, les mécaniciens d'la Flotte
Jamais ne mollirons ni ne cèd'rons
Dans les coups d'chien
Gardons souvenir d'amitié
À l'école de Saint Mandrier

(Retranscrit par Francis Belmont francisbelmont@free.fr)

LES GARS DE LA MARINE Ecouter la musique

Paroles et musique de Heymann et Boyer, BOF de "Capitaine Craddock" (1933).

Quand on est matelot ,
On est toujours sur l'eau.
On visite le monde ;
C'est le métier le plus beau . ( bis )
Du pôle sud au pôle nord ;
Dans chaque petit port,
Plus d'une fille blonde,
Nous garde ses trésors. ( bis )
Nous n'avons pas de pognon,
Mais comme compensation,
A toutes nous donnons,
Un p'tit morceau d'not ' pompom .

REFRAIN
C'est nous les gars de la Marine,
Quand on est dans les Cols Bleus,
On a jamais froid aux yeux.
Partout, du Chili jusqu'en Chine
On les reçoit à bras ouverts
Ces vieux loups de mer .
Quand une fille nous chagrine ,
On se console avec la mer (avec la mer).
C'est nous les gars de la Marine ,
Du plus p'tit jusqu'au plus grand ,
Du mousaillon au Commandant .

Les amours d'un Col Bleu
Ca n'dure qu' un jour ou deux,
A peine le temps de s'plaire
Et de se dire adieu. (bis)
On a un peu de chagrin,
Ca passe comme un grain.
Ces plaisirs de la terre
C'est pas pour les marins (bis)
Nous n'avons pas le droit
De vivre sous un toit .
Pourquoi une moitié
Quand on a le monde entier .

FANNY DE LANINON Ecouter la musique

A l'aube sur le quai Gueydon
Devant l'petit pont
Chantait la chanson
Le branle-bas de la croisière
Et dans la blanche baleinière
Jean Bouin notre brigadier
Son bonnet caplé
Un peu sur l'coté
Me rappelle mon bâtiment
C'était le bon temps
Celui de mes vingt ans

Le bidel capitaine d'armes
Et son cahier d'punis
Dans la cayenne f'sait du charme
A je ne sais quelle souris
Mais j'garde au coeur une souffrance
Quand le quartier-maître clairon
Sonnait en haut d'Recouvrance
Aux filles de Laninon

La plus belle de Laninon
Fanny Kersauson
M'offrit un pompon
Un pompon de fantaisie
C'était elle ma bonne amie
Elle fréquentait un bistrot
Rempli de mat'lots
En face du dépôt
Quand je pense à mes plaisirs
J'aime mieux m'étourdir
Que d'men souvenir

Ah! Fanny de Recouvrance
J'aimais tes yeux malins
Quand ton geste plein d'élégance
Balançait des marsouins
Je n'étais pas d'la maistrance
Mais l'atout en mains
Et tu v'nais me voir le dimanche
Sur le Duguay Trouin

A c't'heure je suis retraité
Maître Timonier, aux Ponts et Chaussées
Je fais le service des phares
Et j'écoute la fanfare

De la mer en son tourment
D'Molène à Ouessant
Quand souffle le vent
Tonnerre de Brest est tombé
Pas du bon coté
Tout s'est écroulé
A c'qui reste de Recouvrance
N'entrerait pas un Sako
Et Fanny ma connaissance
Est morte dans son bistrot
J'n' ais pus rien en survivance
Et quand jez bois un coup d'trop
Je sais que ma dernière chance
J'me dis que ma dernière chance
S'rait d'faire mon trou dans l'eau

 

LA BOULANGÈRE

La boulangère a mis sa robe claire

Elle s’en va vers le hameau voisin

Près d’elle passe un joyeux militaire

Qui fait à pieds, comme elle, le même chemin

Si nous allions à deux

Ca irait mieux

Moi, si ça vous convient,

Ca m’ira bien

En chantant le refrain

Qu’on chante chez les marins :

 

Refrain    Boulangère, faut pas s’en faire

            Les amours, ça va, ça vient, ça fait du bien,

            Un baiser, c’est une affaire

            Surtout quand personne n’en sait rien

 

En traversant le bois des tourterelles

L’oiseau chantait et le ciel était bleu.

La belle dit : « Comme les fleurs sont belles »

Le marin dit : « Asseyons-nous un peu

Écoutons les pinsons 

Dans les buissons

Qui chantent encore pour nous

Qu’ l’amour est doux

Allez-vous refuser

D’vous laisser embrasser ? ».

 

La fin de la chanson est un mystère

Que le marin jamais ne trahira.

Embrassa-t-il la belle boulangère ?

Ce n’est pas elle non plus qui le dira.

A la porte du hameau

Sans dire un mot

En le voyant partir

Eut un soupir

Et le marin content

S’en alla en chantant.

ACCUEIL   SOMMAIRE    NOUS JOINDRE   ADHÉSION     LIENS      

CARTE POSTALE  PAGE HISTOIRE   LES PUPILLES  LES MOUSSES    LE BENEVOLE    FOND'CALE

SUGGESTIONS